La responsabilité administrative

La responsabilité

L'Administration encourt deux grands types de responsabilité. La première est classique et se fonde sur une faute de la puissance publique. La seconde est particulièrement développée en droit administratif : il s'agit d'une responsabilité qui peut être engagée sans faute soit pour risques, soit pour rupture de l'égalité devant les charges publiques ou bien en raison de la garde d'un mineur dont une personne publique a la charge.

L'action récursoire de l’arrêt Laruelle est possible même après une transaction (CE, 12/12/2008, Mr. H.)

La responsabilité que peut encourir l’Administration, du fait de son action, obéit à des règles complexes. Ainsi, l’on distingue les fautes de service et les fautes personnelles. Normalement, seules les premières devraient avoir pour conséquence d’engager la responsabilité de l’Administration. Pourtant, au fil du temps, le juge administratif a admis que la victime d’un dommage puisse, face à certains types de faute personnelle, engager la responsabilité de l’Administration. Cette dernière peut, bien sur, par la suite, se retourner contre l’agent fautif pour obtenir une indemnisation : on parle dans ce cas d’action récursoire. L’apport de l’arrêt étudié est de reconnaitre à l’autorité administrative la possibilité d’exercer une telle action même lorsque le dommage a été réparé, non sur la base d’une décision juridictionnelle, mais par le biais d’une transaction.

Lire la suite : L'action récursoire de l’arrêt Laruelle est possible même après une transaction (CE, 12/12/2008,...

L’arrêt Krupa, l'abandon de la faute lourde en matière fiscale (CE, sect., 21/03/2011, Mr. Krupa)

L’existence de la faute lourde remonte aux origines du droit administratif. Ainsi, dans le fondateur arrêt Blanco du 8 février 1873, le Tribunal des conflits pose que la responsabilité de la puissance publique n’est ni générale, ni absolue et que les règles qui la régissent sont spéciales et varient suivant les besoins du service et la nécessité de concilier les droits de l’Etat avec les droits privés. En d’autres termes, l’engagement de la responsabilité de certains services publics ne pourra être obtenu que si le justiciable démontre que le service en cause a commis une faute lourde. Cette particularité du droit administratif s’est, cependant, considérablement estompé depuis le début des années 1990. L’arrêt commenté poursuit ce mouvement en matière de responsabilité des services fiscaux.

Lire la suite : L’arrêt Krupa, l'abandon de la faute lourde en matière fiscale (CE, sect., 21/03/2011, Mr. Krupa)

La faute personnelle non détachable du service d'un commissaire de police (CE, 2/06/2010, Mme. Fauchere)

La responsabilité administrative française est caractérisée par plusieurs particularités qui la rendent, au regard d’autres systèmes administratifs, pour le moins originale. Au titre de ces particularités figurent  les différentes hypothèses de responsabilité sans faute fondées sur le risque ou l’égalité devant les charges publiques. L’une des autres particularités concerne la responsabilité pour faute. En effet, l’on distingue les fautes de services des fautes personnelles. Normalement, seules les conséquences dommageables des premières devraient être à la charge de l’Administration, pourtant certaines fautes personnelles peuvent  engager la responsabilité de l’autorité administrative. C’est une telle hypothèse que l’on retrouve dans l’arrêt commenté.

Lire la suite : La faute personnelle non détachable du service d'un commissaire de police (CE, 2/06/2010, Mme....

Placement en rétention administrative : la fin de la faute lourde ? (CAA Bordeaux, 1°/03/2012, Mr. Mehmet)

La responsabilité administrative offre traditionnellement au regard de ce qui se fait en droit privé de nombreuses originalités. Parmi celles-ci, l’on retrouve les différents régimes de responsabilité sans faute, mais aussi l’exigence d’une faute lourde, s’agissant de certaines activités, pour engager la responsabilité de l’Administration. Par le passé, ce type de faute inondait le contentieux de la responsabilité de la puissance publique lorsqu’étaient en cause, notamment, des services publics régaliens ou des activités présentant des difficultés d’exécution. Mais, cette particularité du droit administratif s’est, cependant, considérablement estompé depuis le début des années 1990. L’arrêt commenté est une illustration de plus de ce mouvement.

Lire la suite : Placement en rétention administrative : la fin de la faute lourde ? (CAA Bordeaux, 1°/03/2012, Mr....

Un Tribunal administratif se prononce sur le harcèlement à l'école (TA Rouen, 11/05/2011, Mr. et Mme. T)

Le harcèlement moral fait régulièrement la Une des journaux depuis les années 1990. Sa prise en compte par les pouvoirs publics varie, cependant, selon les domaines ou il s’exerce. C’est ainsi qu’il y a eu une prise de conscience de ce problème dans le domaine professionnel au début des années 2000. En revanche, le harcèlement moral en milieu scolaire ne fait pas encore l’objet d’une prise en compte suffisante de la part les autorités. Ce problème est donc pour l’instant appréhendé principalement par le juge lorsqu’un contentieux survient, comme c’est le cas en l’espèce.

Lire la suite : Un Tribunal administratif se prononce sur le harcèlement à l'école (TA Rouen, 11/05/2011, Mr. et...

Real time web analytics, Heat map tracking