La démocratie peut se définir comme le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Autrement dit, la source du pouvoir se situe dans le peuple qui s'exprime par le suffrage universel. La démocratie, ici entendue dans son sens pluraliste et libéral, suppose la réunion de certaines conditions. Ainsi, le peuple doit véritablement avoir un pouvoir de décision; en d'autres termes, il doit avoir le choix, ce qui implique le pluralisme politique, seul système permettant au peuple de choisir ses représentants. Cette donnée va de pair avec le libéralisme politique caractérisé par les libertés fondamentales, comme la liberté de la presse et celle de la communication. La participation du citoyen au pouvoir (I) amène, alors, à évoquer plusieurs problématiques : celles  de la distinction entre souveraineté nationale et souveraineté populaire, entre démocratie directe et démocratie représentative, et celle de la démocratie semi-directe.

Cette participation du citoyen au pouvoir dépend, par ailleurs, largement du choix du mode de scrutin dans la mesure ou il détermine significativement le résultat des élections (II). Ainsi, pour simplifier, le scrutin majoritaire fait apparaitre des majorités stables, tandis que la représentation proportionnelle permet la représentation de tous les groupes politiques.

  • I - La participation du citoyen au pouvoir
    • Souveraineté nationale et souveraineté populaire
    • Démocratie directe et démocratie représentative
    • La démocratie semi-directe
    • La désignation des gouvernants
  • II - Les modes de scrutin
    • Les scrutins majoritaires
    • La représentation proportionnelle
    • Les systèmes mixtes

Télécharger