La Constitution

Si la jurisprudence a longtemps constitué la norme de référence au sein des sources de la légalité administrative, la seconde moitié du XX° siècle a vu la montée en puissance des normes internationales et constitutionnelles. Les premières, en raison du rang que la Constitution de 1958 leurs attribue au sein de l'ordre juridique interne. Les secondes, du fait de la prise en compte, à coté du texte même de la Constitution de 1958, de l'ensemble des dispositions issues de son préambule. C'est, là, ce que permet l’arrêt So. Eky.

Dans cette affaire, la société Eky saisit le Conseil d’État afin de faire annuler, d'une part, l'ordonnance du 23/12/1958 et, d'autre part, le décret du 23/12/1958 instituant des contraventions en cas d'usage de faux moyens de paiement. La Haute juridiction statue, par un arrêt de section, le 12/02/1960, en rejetant les deux pourvois. Sur la première demande, elle considère, ainsi, qu'il s'agit d'un acte de nature législative qui ne peut être contesté dans le cadre d'un recours pour excès de pouvoir. Sur la seconde, le rejet tient à l'absence de violation, par le décret, des dispositions invoquées, à savoir l'article 8 de la Déclaration de 1789 et l'article 34 de la Constitution. Ces solutions se révèlent intéressantes à deux points de vue.

D'une part, en confrontant le décret du 23/12/1958 à une norme issue du préambule de 1958, la Haute juridiction affirme implicitement sa pleine valeur juridique. Elle met fin, ce faisant, aux nombreuses controverses doctrinales sur la question de la force juridique du préambule constitutionnel, provoquées par le caractère souvent vague et général de ses dispositions. Surtout, cette solution se traduit par un enrichissement notable du corpus normatif s'imposant à l'administration, puisque c'est l'ensemble des textes auxquels le préambule de 1958 renvoie, à savoir la Déclaration de 1789, le préambule de la Constitution de 1946 et la Charte de l'environnement de 2005, qui se trouvent constitutionnalisés. Bien que dotées d'une pleine valeur juridique, toutes leurs dispositions n'auront, cependant, pas la même portée : en effet, parce que trop imprécises, certaines ne pourront pas être invoquées devant le juge administratif en l'absence d'un texte d'application.

D'autre part, l’arrêt So. Eky se veut aussi pourvoyeur d'enseignements quant aux rapports entre loi et règlement sous la V° République. En effet, le Conseil d’État y fait usage du critère de distinction entre actes administratifs et actes législatifs dégagé en 1907. L’arrêt permet, par ailleurs, de préciser les domaines de compétence respectifs de la loi et du règlement, tels qu'ils résultent, notamment, des articles 34 et 37 de la Constitution. Le Conseil d’État juge, ainsi, que la détermination des contraventions et des peines qui leurs sont applicables, objets du décret du 23/12/1958, relève de la compétence du pouvoir réglementaire.

Il convient donc d'étudier, dans une première partie, la consécration de la valeur juridique du préambule de la Constitution de 1958 (I) et d'analyser, dans une seconde partie, les enseignements que cet arrêt permet de tirer quant aux rapports entre loi et règlement sous ladite Constitution (II).

  • I -  Le juge administratif et le préambule de la Constitution de 1958
    • A – Le préambule de 1958 a pleine valeur juridique
    • B – L'administration se doit de respecter les normes du préambule de 1958
  • II – Le juge administratif, la loi et le règlement
    • A – Des précisions sur la distinction actes administratifs / actes législatifs
    • B – Des précisions quant aux domaines respectifs de la loi et du règlement
  • CE, sect., 12/02/1960, So. Eky

Télécharger

Real time web analytics, Heat map tracking