Le poids des finances locales a augmenté parallèlement à celui des domaines d'intervention des collectivités locales. Ce mouvement a commencé dès la fin du XIX° siècle du fait de la carence de l'initiative privée dans certains domaines économiques et sociaux. Il a continué après la Première guerre mondiale avec la reconstruction et les nécessités d'action lors de la crise de 1929. A la Libération, l'Etat va déléguer un nombre croissant de taches aux collectivités. Surtout, de nouveaux besoins en équipements collectifs vont se faire jour. Les lois de décentralisation de 1982-1983 ne feront que conforter ce mouvement dont les traductions se retrouvent dans le niveau des ressources et des dépenses locales.

Ainsi, les ressources des collectivités locales (I), principalement assises sur la fiscalité, les concours de l’État et l’emprunt, ont plus que doublé depuis le début des années 1990, passant de 87,5 milliards d’euros en 1990 à 213,5 milliards d’euros en 2009. Mais, ce qui caractérise cette évolution est le poids croissant de la part des concours de l’Etat dans la mesure où de nombreuses ressources fiscales locales ont été transformées en ressources dotatives, ce qui a suscité des inquiétudes pour l’autonomie financière des collectivités.

Les dépenses locales (II) ont suivi la même évolution. En effet, celles-ci  ont poursuivi leur augmentation entre 1980 et 2011 passant de 8 % du PIB à 11,7 %, soit une proportion d’augmentation plus importante que celle de l’Etat, même si l’on note un léger tassement depuis 2010. Plus précisément, en 2009, les dépenses des collectivités locales s’élèvent à  214,2 milliards d'euros (contre 56,4 milliards d’euros en 1982).

 

  • I -  Les ressources des collectivités locales
  • II -  Les dépenses des collectivités locales

Télécharger